France 2017 : la démocratie se défait, l’écologie dans le trou

Nous voilà arrivés au terme du processus électoral national qui (re)distribue le pouvoir tous les 5 ans. Mis à part le fait que le pire a été évité – bien que le Front national se fasse de plus en plus menaçant – je ne vois pas vraiment de raison de me satisfaire du résultat. Entendons-nous bien, je n’exprime ici aucune hostilité de principe au projet d’Emmanuel Macron : il bénéficie de la légitimé électorale et elle est à la fois indiscutable mais très fragile. On ne peut nier le rajeunissement et le renouvellement de la classe politique malgré les quelques « dinosaures » qui ont survécu, comme à Montargis. Les choses ont donc déjà changé sur la forme. Reste à savoir ce que cela impliquera sur le fond. A mon avis, rien ne permet de penser qu’une « révolution » des idées soit « en marche ».
Lire la suite

Nous n’avons plus vraiment le choix, non ?

Je viens de recevoir le matériel de vote et c’est sans état d’âme que j’irai déposer dimanche un bulletin Emmanuel Macron.
Je n’ai jamais attendu de miracle d’une élection. Je n’ai jamais pensé que mon.ma candidat.e serait la solution providentielle en phase avec mes idées, même lorsque c’était moi qui me présentais ;-).
Je n’estime pas souvent que mon vote peut changer radicalement la façon de vivre des un.e.s et des autres. Mais là, désolé, il n’y a pas de doute. Chaque voix pour Emmanuel Macron aura un impact direct sur notre vie future. Non pas qu’il soit un candidat très différent de ce que l’on a pu connaître auparavant. Mais parce qu’il faut absolument qu’il soit élu pour que son adversaire ne le soit pas.
Lire la suite

La puce à l’oreille : réécouter mon interview

Samedi dernier, j’étais l’invité de cette émission de la radio Méga FM. Je ne saurais que vous encourager à écouter et soutenir cette radio associative de Châteauneuf-sur-Loire qui rayonne très largement dans le Loiret et le Cher.
Cette interview assez longue et très sérieuse de la part de l’animateur, Rémi Silly, fut l’occasion pour moi de développer à nouveau des arguments en faveur d’une transition écologique qui exclut évidemment la réalisation du projet de déviation et de pont à Jargeau.
Pour ceux qui ont raté le direct, c’est à réécouter ici ou bien ci-dessous :

Des écologistes au gouvernement … mais pas EÉLV

A la suite du remaniement ministériel de la semaine dernière, les commentaires se sont multipliés à propos de l’entrée d’écologistes au gouvernement.
Malheureusement, aussi talentueuse soient les personnes, ce que l’on attend vraiment, c’est une réorientation de la politique menée.

Prenons l’agriculture par exemple.
Mis à part une minorité d’entre eux, notamment ceux convertis au bio, les paysans ont été entraînés dans une spirale industrielle démentielle. L’agro-écologie donnerait de bien meilleurs résultats, des produits sains et de quoi employer plus de monde avec des revenus normaux. Sauf que les exploitations ont été mécanisées puis financiarisées à outrance en même temps que les méthodes de cultures exigeaient de plus en plus de poisons. Le résultat c’est la détresse des agriculteurs et des atteintes à la santé publique dont ils sont les premières victimes. Contrairement à ce que pensent les manifestants d’aujourd’hui, il leur aurait fallu plus d’écologie pour préserver un métier utile et rémunérateur. Mais sans doute est-il plus facile de s’en prendre à une femme secrétaire d’État écolo ou à l’Europe que de se retourner contre leurs véritables fossoyeurs du côté de l’industrie chimique, des banques et de la grande distribution ?

Et si le nouveau gouvernement proposait autre chose que des aides pour conserver une agriculture productiviste sous perfusion ?
Voilà ce que j’appellerais un « verdissement ».

En tant que porte-parole local d’Europe Écologie Les Verts, j’ai été amené à m’exprimer sur ce remaniement, tout d’abord par un communiqué de presse puis, ce matin, sur l’antenne de France Bleu Orléans :

Enfin, mon point de vue apparaît également dans la République du Centre à retrouver sur ma revue de presse.