Élection présidentielle, piège à cons !

Autant le dire tout de suite, je me force un peu pour aborder le sujet. L’élection présidentielle est selon moi celle qui mérite le plus le fameux slogan « élection, piège à cons » et cela se vérifie mille fois cette année. Toutefois, outre le fait qu’une prise de position de ma part brise un peu la somnolence de ce blog, il me semble qu’un élu local se doit de se mouiller un peu à propos du vote national qui approche. Ainsi, vous avez pu voir le président du Conseil départemental, Hugues Saury, s’engager d’abord en faveur de Nicolas Sarkozy, puis soutenir logiquement François Fillon après la primaire, puis ne plus vouloir de François Fillon lorsqu’il devint évident que celui-ci n’a pas les qualités morales requises pour la fonction, … puis à nouveau soutenir François Fillon lorsqu’il devint évident qu’il serait tout de même le candidat de la droite. En m’exprimant tardivement, je ne m’expose pas à de telles pirouettes. Mais à vrai dire ma position est connue de longue date car elle n’est pas très originale : je soutiens Benoît Hamon.

Mes arguments sont extrêmement simples :
* La conviction : Benoît Hamon défend le projet le plus conforme aux ambitions écologistes et libertaires qui m’animent ;
* La raison : Benoît Hamon n’est pas la personnalité idéale puisque celle-ci n’existe pas, mais au moins il ne traîne pas les mêmes bruyantes casseroles que certain.e.s autres ;
* La loyauté : Benoît Hamon est le candidat choisi par les mêmes qui m’ont mené au poste de conseiller départemental en vertu duquel mon avis sur l’élection présidentielle peut avoir quelque écho.
Lire la suite

Hommage à Guy Marois

Depuis ce triste vendredi 6 janvier 2017, nombre de Boumiens, de Loirétains et d’amis de tous horizons pleurent la disparition de Guy Marois.

Selon son voeu, ses obsèques ont eu lieu dans la stricte intimité familiale.
Samedi dernier, un hommage officiel lui était rendu en présence de Micheline, son épouse, et de ses fils.

Je fus invité à prendre la parole et mon émotion fut grande lorsque je me rappelai le maire de Bou qui m’a si gentiment accueilli dans sa commune, en 1995. Je me souviens des valeurs qu’il défendit sans faiblir à travers son mandat et de tant d’événements publics qu’il égaya de sa bonne humeur et de ses chansons.
Lire la suite

Consignes pour souhaiter une bonne année qui valorise l’action du Président

Imagine-t-on François Hollande envoyer aux députés UDI, LR voire FN des suggestions quant à ce qu’ils pourraient dire à l’occasion de cérémonies de voeux dans leurs circonscriptions respectives ?

Le Président de la République proposerait aux parlementaires de féliciter les Français qui ont tenu bon face au terrorisme, de souligner l’engagement de notre pays dans la lutte contre le changement climatique et de célébrer les bons résultats économiques de la France, tout particulièrement l’inversion de la courbe du chômage.
Armés de ces « éléments de langage », on verrait alors les députés de l’opposition exposer partout le fabuleux bilan du mandat qui s’achève.
Hervé Mariton pourrait reprendre à son compte le succès du mariage pour tous, Marion Maréchal-Le Pen insisterait sur la solidité de l’Union européenne face au néo-impérialisme russe de Poutine et Philippe Vigier se réjouirait des emplois sauvés par les 35 heures.

Vous trouvez cette idée farfelue ?
Lire la suite

Travailler plus pour … travailler plus

Au sortir de la session budgétaire, le conseil départemental se trouve confronté, ce jeudi, à un mouvement social qui réalise d’emblée une large union syndicale. Afin de peser sur un dialogue social assez mal engagé, les agents sont appelés à un rassemblement de protestation face à l’Hôtel du Département. J’ai tendance à penser qu’il y a de quoi.

Le conflit a pour origine la décision unilatérale de supprimer les 5 journées de congés supplémentaires qui avaient été instaurées dans les principes de travail des agents départementaux au moment de la décentralisation, au début des années 80.

On voit ainsi que la vision comptable de la majorité départementale s’exprime aussi en ce qui concerne les ressources humaines. Malgré les changements survenus au sommet de la hiérarchie administrative, ce qui ne peut qu’améliorer le climat de travail des agents, l’idéologie des élus vient de jeter de l’huile sur le feu. En fait, à l’instar de la nouvelle majorité régionale des Pays-de-la-Loire, la droite compassionnelle qui gouverne le Loiret n’entend pas négliger la moindre source d’économie, fusse sur le dos des agents.
Que l’on considère ces 5 jours chômés comme un avantage acquis ou comme une anomalie, il n’en demeure pas moins qu’ils sont partie prenante du « contrat » qui lie l’administration à ses agents. Ceux qui se réjouissaient bruyamment, en d’autres temps, du fait que des fonctionnaires territoriaux de valeur choisissent de travailler pour le conseil départemental au détriment d’autres collectivités devraient avoir conscience de cela. Le salaire, les conditions de travail et les avantages acquis constituent un ensemble indissociable de la relation entre l’employeur et ses agents.

Voilà pourquoi l’on ne peut, selon moi, toucher au temps de travail sans contrepartie.
Lire la suite

Comment s’arranger pour distribuer des subventions dans sa circonscription électorale

En dehors de la réception du Préfet qui fut l’objet de mon précédent billet, la séance du vendredi 18 novembre comportait tout de même des décisions budgétaires pour l’année en cours, la préparation de l’année 2017 et un dossier important : la poursuite de l’élaboration des nouveaux contrats territoriaux de développement. Ceux-ci consistent, pour le conseil départemental, à financer des investissements réalisés par les communes ou les intercommunalités. Comme quoi, la collectivité départementale, bien que lourdement endettée, est loin d’être ruinée. Non seulement le Loiret se permet de construire une déviation et un pont superflus, pour un montant de 100 millions d’euros, mais il y aura à peu près autant d’argent, en trois ans, qui seront dépensés pour soutenir d’autres collectivités. Bien entendu, celles-ci ne disent pas non.

On peut considérer cela comme une mission des départements que de financer les communes pour favoriser un aménagement du territoire plus cohérent. De ce point de vue, le passage de la politique de guichet qui prévalait depuis des décennies à une politique contractuelle peut constituer un progrès. Comme vous l’avez sans doute lu dans mes comptes-rendus des sessions de mars, juin ou septembre derniers, cela partait tout de même un peu de travers quand on nous disait que le but n’était pas de mettre les communes sous tutelle (bien sûr) et que par conséquent, le Département n’entendait pas donner la moindre orientation politique pour l’emploi des subventions attribuées. Autrement dit, le contrat passé avec ces communes devait consister à leur donner de l’argent sans aucune contrepartie. Je me réjouis aujourd’hui que cela ait évolué, sans doute en réponse à mes interventions 😉

En effet, au fur et à mesure que le dispositif s’est précisé, il apparaît une plus grande équité dans la façon de venir en aide aux communes et il est enfin question d’un référentiel qui indiquera quelles priorités fixe le Département quand il subventionne d’autres collectivités. Hélas, dans le même temps, les contrats de développement territoriaux sont devenus un instrument de mise en scène des circonscriptions électorales des élus départementaux que nous sommes.

La première version de ce dossier prévoyait à juste titre que le dialogue entre Département et communes se tiendrait à l’échelle des administrations intercommunales existantes : les communautés de communes ou communautés d’agglomération. Il est désormais décidé qu’il y aura deux négociations distinctes, l’une avec les communes d’une même communauté et l’autre avec les communes d’un même canton. Or, les deux périmètres ne se recouvrent pas. Si les intercommunalités sont d’authentiques territoires de projet, rassemblant des entités habituées à négocier ensemble et à bâtir des politiques cohérentes, les cantons ne sont que des circonscriptions électorales.

Les communes ou portions de commune qui les composent, ne sont réunies que le temps d’un scrutin, juste pour que leurs habitants élisent conjointement un binôme de conseillers départementaux. Le seul intérêt de parler de cantons entre deux élections, ce serait donc de faire du clientélisme, c’est à dire de laisser penser que c’est telle ou tel élu.e de la circonscription qui distribue généreusement les subventions à ses futurs électeurs. Puisque je ne peux sérieusement soupçonner mes collègues de vouloir fonctionner ainsi, je suis tout à fait sidéré que tou.te.s aient voté des règles d’attribution d’aides publiques basées sur le découpage cantonal. Mais pour respecter l’ordre chronologique, je reviendrai plus loin sur cette question de cantons.
Lire la suite