Un événement de portée mondiale réunit trois départements

Prière de ne pas sourire : les présidents des conseils généraux de l’Eure-et-Loir, du Loir-et-Cher et du Loiret organisaient hier un événement de grande conséquence.

Il s’agissait d’une assemblée réunissant les élus des trois départements pour leur présenter des décisions d’une ampleur inégalée. La presse s’en fait l’écho ce matin en détaillant « les vertus d’un mariage à trois » comme, par exemple, le fait que, acheté en été, le sel de déneigement coûte moins cher qu’en hiver. C’est dire les économies que l’on peut réaliser par la simple collaboration entre trois départements. Du moins est-ce le message que tentait de faire passer Eric Doligé, niant qu’il s’agisse seulement de se faire de la pub et prétendant se montrer innovant (sic) dans le débat sur la décentralisation.

Si on déplaçait une centaine de conseillers généraux, c’était donc pour se dire que l’on allait faire les achats ensemble pour payer moins cher. Justement, le sel de déneigement, les communes de Bou et Mardié l’achètent déjà ensemble et elles n’ont pas pour autant réuni leurs deux conseils municipaux pour parader sous les projecteurs.

Voilà pourquoi, j’ai choisi, comme la totalité des conseillers d’opposition des trois départements, de ne pas participer au grand cirque qui se tenait à l’université d’Orléans.

Voici les termes du communiqué publié par le groupe socialiste, écologiste et républicain du conseil général du Loiret, sous le titre : Notre priorité, ce sont les habitants, pas les assemblages administratifs !

« Les présidents des Conseils généraux de l’Eure-et-Loir, du Loir-et-Cher et du Loiret organisent depuis quelques mois des rapprochements entre les trois départements qui culminent ce lundi 3 juin par la convocation d’une grande assemblée des conseillers généraux concernés.
Il est toujours pertinent de rechercher des mutualisations dans les domaines de compétences départementaux et nous soutenons évidemment chacune des initiatives de nos collectivités locales en ce sens. Mais il est complètement aberrant de présenter ces convergences ponctuelles entre trois départements comme un modèle pour une nouvelle organisation territoriale.
Le nouvel assemblage imaginé aujourd’hui pour nos trois départements n’est qu’une tentative de diversion tandis que les enjeux de solidarité et d’égalité entre territoires se présentent avec toujours plus d’acuité. C’est pourquoi les groupes politiques socialiste, écologiste et républicain ne participeront pas à cette opération politicienne et sans avenir, menée dans le seul but de gêner l’action du Conseil régional du Centre.
Sur le fond, plutôt que de s’emparer de compétences exercées à un autre échelon, nous préfèrerions que les conseils généraux n’abandonnent pas leurs prérogatives essentielles en matière de petite enfance et de famille, d’insertion et de soutien aux plus démunis, d’assistance aux personnes handicapées et de préservation de l’autonomie des personnes âgées. Il est évident que ce n’est pas en combinant les territoires de trois départements que l’on rapprochera cette action sociale de ses bénéficiaires. Pour nous, l’urgence n’est pas de se disperser et de faire diversion mais d’assurer les services de première nécessité qui incombent aux départements.
Sur la forme, cette grande assemblée de conseillers généraux est une initiative totalement improvisée qui, loin de simplifier le mille-feuilles administratif, va renvoyer une image de gaspillage déconnecté des besoins réels des habitants. Les exécutifs des trois départements s’offrent une tribune anti-gouvernementale au lieu de répondre aux attentes sociales grandissantes et à l’exigence de solidarité et de proximité provenant des communes défavorisées. Nous ne sommes pas dupes de l’absence totale de perspective qu’offrirait une fusion de nos trois départements et nous préférons participer aux travaux qui conduiront au vote d’une nouvelle étape de la décentralisation. Nous souhaitons que cette réforme clarifie les compétences et précise les modes de coopération entre les collectivités. Si besoin, il sera alors temps de lancer les réorganisations en concertation avec toutes les collectivités et les citoyens concernés. »

Il faut croire que notre réaction a fait enrager Eric Doligé puisqu’il s’est cru obligé d’invoquer l’exemple des départements du Nord et du Pas-de-Calais, présidés par des socialistes, pour défendre son opération. Ces deux départements, qui forment ensemble une même région, vont bientôt également réunir une assemblée conjointe. Nous serions donc ringards, nous autres élus de gauche du Loiret, de ne pas participer au mouvement. Mais ce qu’oublie de préciser le Président UMP de notre département, c’est que, dans le Nord-Pas-de-Calais, c’est vers les habitants que se tournent les conseillers généraux. Leur « union » n’a pas pour but de promouvoir des économies de bouts de chandelle mais de parler solidarité et aménagement du territoire, comme le dit le Président du Conseil général du Nord, Patrick Kanner : « Chaque décision prise lors de la convention départementale débouchera sur des actions concrètes en faveur des populations. Nous nous y engageons. »

1 réflexion sur « Un événement de portée mondiale réunit trois départements »

  1. Ping : Un Conseil général de droite avec un gouvernement de gauche : que de lamentations ! | Ensemble, agissons pour notre qualité de vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *