Hugues Saury achève sa présidence dans le consensus

Me voici arrivé à la dernière partie de mon compte-rendu de la session qui vient de débattre des grands dossiers de l’automne 2017 (la session exceptionnelle du 13 novembre prochain se limitera à l’élection d’un.e nouveau.elle président.e). En ce qui concerne la dernière journée de cette session, je m’intéresserai surtout à la présentation d’un plan d’actions pour l’emploi.

Celui-ci a été adopté à l’unanimité, comme la plupart des délibérations. Ainsi, la dernière séance présidée par Hugues Saury fut, à l’image de son bref mandat, plutôt consensuelle. La totale passivité des élus au moment des votes, si l’on excepte trois sursauts de l’élu écolo que vous connaissez bien, venait-elle couronner deux années de renouveau de la gouvernance départementale ? Une bienveillance macronienne aurait-elle déteint sur le Loiret ? Disons plutôt que les modalités de décision du conseil départemental sont, comme lui, « héritées de la Révolution française », pour reprendre une expression d’Hugues Saury. Autant dire que, quand un texte arrive devant l’assemblée, son adoption n’est plus qu’une formalité.

C’est un fait : je n’ai encore jamais vu la majorité actuelle voter autrement que son chef. Alors, quand chaque rapport est assuré par avance de 36 voix sur 42 en sa faveur, les choix des conseillers restants sont assez dérisoires et seuls les propos tenus ont un peu de poids. C’est peut-être pour cela que, tout en ne cachant rien de mes votes, je prends le temps de raconter un peu ce qui se dit en séance.

Rapport B 01 – Plan d’actions pour l’emploi
Adopté à l’unanimité

Concernant les mesures rassemblées dans ce plan, l’unanimité finale de l’assemblée ne doit pas dissimuler des motivations politiques parfois différentes.

C’est la vice-présidente Viviane Jehannet qui présenta ce « plan pour l’emploi », a priori peut coûteux, ce qu’elle souligna d’un clin d’oeil à Pauline Martin, présidente de la commission finances.
Les mesures proposées entrent dans le cadre de l’intervention du Département dans le champ de l’insertion et visent notamment les objectifs suivants :
– Mieux orienter les bénéficiaires du RSA dans leur le parcours d’insertion
– Mettre en oeuvre une progressivité du retour à l’emploi, avec des contrats au service des communes subventionnés par le conseil départemental et aussi avec des actions bénévoles
– Promouvoir le placement en emploi par l’intervention d’un prestataire mais aussi par la formation professionnelle,
– Agir sur les difficultés à se déplacer (mobilité) des demandeurs d’emploi.
Viviane Jehannet en profita pour se féliciter d’une expérience récente menée dans les locaux de l’Hôtel du Département, à savoir un forum de recrutement de la société Amazon. Pour elle, on ne pouvait trouver que du bonheur dans cette opération et dans la collaboration avec Amazon.

Ma collègue Vanessa Baudat-Slimani ne cacha pas une certaine réticence à mettre autant en avant cette société privée, compte tenu de ce que l’on sait de ses pratiques sociales. Elle marqua néanmoins son intérêt pour les mesures proposées, notamment en ce qui concerne la formation des demandeurs d’emploi et les aides à la mobilité pour répondre à une offre d’emploi.

Michel Breffy ajouta à juste titre qu’il ne serait pas absurde de travailler à une offre de mobilité utilisant le vélo électrique.

De mon côté, je soutins ces deux interventions en approuvant également l’action proposée mais en émettant de sérieuses réserves envers Amazon. Je m’interrogeai également sur les moyens que le conseil départemental allait bien pouvoir mettre pour que les agents des Maisons du Département (MDD), déjà très occupés, puissent accomplir les tâches prévues par ce plan pour l’emploi. Je remarquai, enfin, le procédé étonnant qui consiste à glisser, sous le terme d’emploi,de simples propositions de travaux bénévoles.


télécharger

Hugues Saury me répondit, sur la question financière, que le plan allait se décliner sur plusieurs années et que les moyens seraient adaptés au fur et à mesure. Bon, ce n’est pas demain la veille que l’on aura un plan pour l’emploi comprenant des embauches au conseil départemental.

Quant au choix d’un prestataire extérieur pour une partie des tâches à accomplir, il ne le justifia pas vraiment mais tenta seulement de me rassurer en affirmant que ce prestataire serait notamment rémunéré en fonction de ses résultats.

Viviane Jehannet ajouta, pour ce qui est du bénévolat, que même s’il ne s’agit pas d’un emploi, cela contribue aussi à remettre les gens ensemble et à les remotiver. Soit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *