Le retour du grand contournement d’Orléans ?

La commission des bâtiments, des routes et des transports du Conseil départemental du Loiret est partie en voyage d’études dans le Sud de la France ces derniers jours.

Ce n’était pas pour profiter des dernières chaleurs de l’été qui s’achève lentement au bord de la Méditerrannée. Le programme des travaux de la commission (ci-dessous) prévoyait d’aborder notamment deux projets importants : le canal du midi et la rocade de Narbonne.

Curieusement, la visite du chantier d’achèvement de la rocade de contournement de Narbonne est mise en relation avec le projet de déviation routière à Jargeau. Serait-ce un signe que le contournement d’Orléans revient à l’ordre du jour ?

Lorsque j’ai posé la question à Marc Gaudet, vice-président en charge des routes, il s’est contenté de hausser les épaules en souriant. Comme s’il s’agissait d’une bonne blague. Pourtant, il fut un temps où la réalisation d’un grand contournement d’Orléans était bien la raison invoquée pour justifier le projet de déviation de Jargeau, alors associé à une déviation à Meung-sur-Loire et au barreau autoroutier Artenay-Meung. Lorsqu’il est apparu que cela motivait une très forte opposition aux différents éléments de ce contournement, le conseil général avait fait du rétropédalage en reniant ses propres études de projet.

Alors, peut-être que l’ensemble d’une grande rocade autour d’Orléans n’est plus à l’ordre du jour mais la comparaison avec Narbonne vient renforcer l’évidence selon laquelle le projet de Jargeau est avant tout un ouvrage de contournement de la Métropole et pas seulement une déviation de village (un peu) encombré. Comme je l’ai rappelé à Marc Gaudet, les études les plus récentes montrent bien que la réalisation d’un nouveau pont entre Mardié et Darvoy ,avec ses 14km de route jusqu’à La Source, ne ferait que susciter un accroissement global du trafic depuis l’Est d’Orléans vers le Sud. Tout cela contribuera à encombrer d’autres villes que Jargeau et Saint-Denis -de-l’Hôtel sans résoudre durablement la question de la mobilité dans la métropole. Au contraire, le Conseil départemental est en pleine contradiction avec les modestes objectifs affichés en matière de lutte contre le changement climatique. Nos compatriotes des Antilles apprécieront sans doute que l’augmentation de l’intensité des cyclones tropicaux soit le cadet des soucis de notre majorité départementale.

Ci-dessous, la rocade de Narbonne est juste au ras de cette petite ville au carrefour de grands axes reliant notamment à l’Espagne. A côté, l’ancien projet de contournement d’Orléans passait à 20km du centre-ville et ne visait qu’à amplifier la circulation des camions à travers tout le Loiret.

Plaisirs d’été

Les manifestations officielles qui occupent mon agenda d’élu vont s’interrompre au coeur de l’été. Ma toute dernière sortie, très agréable, m’a permis d’assister à l’ouverture d’une exposition et à la signature de conventions en faveur du patrimoine et de la biodiversité que la ville de Chécy passe notamment avec deux associations locales (CAVE et Chécy les amis du patrimoine).
Je recommande de visiter l’exposition des superbes photos de Didier Ducanos d’ici le 9 septembre prochain au musée de la Tonnellerie de Chécy. Elle vient conforter le partenariat de la ville de Chécy avec le MOBE, c’est à dire le nouveau Musée d’Orléans pour la Biodiversité et l’Environnement qui prendra la suite du Museum. Il y a en effet urgence à protéger et reconquérir la biodiversité autour de nous et notamment dans ce poumon vert à l’Est de la Métropole dont ont très bien parlé Jean-Vincent Valliès, maire de Chécy, et Stéphanie Anton, adjointe au maire d’Orléans, représentant le maire et président de métropole Olivier Carré. Dommage qu’une autre collectivité que je connais bien s’apprête à casser sa tirelire pour venir ravager les lieux à Mardié et attirer à Chécy une circulation automobile accrue.
Lire la suite

Audible à propos des J.O. et enfin entendu pour la dette

Pour achever de rendre compte de la récente session du Département, voici les débats les plus marquants du vendredi 23 juin dernier. Tout d’abord, sur les questions éducatives, outre l’ajustement de diverses lignes budgétaires, une attention particulière fut accordée à une expérimentation de l’apprentissage des gestes de premier secours, pour les collégiens et pour les adultes qui les encadrent. Rien à redire à cela.

Rapport E 03 – Voeu de soutien à la candidature de la Ville de Paris aux Jeux Olympiques et Paralympiques d’été 2024
Quand on en vint au sport, c’est un vœu qui était à l’ordre du jour, vœu en faveur de l’organisation des Jeux Olympiques en France. Partant du principe qu’il s’agit là d’un événement si exceptionnel qu’il ne se discute pas, la majorité départementale souhaitait joindre sa voix à toutes celles qui s’expriment pour encourager le comité olympique international (CIO) à désigner Paris comme ville hôte des J.O. en 2024.

Lire la suite

Caricatural et excessif mais forcément moins drôle que Charlie Hebdo

Après une séance d’ouverture apaisée, la session reprit dans l’après-midi de jeudi avec l’examen des rapports un par un. Très rapidement, nous entrâmes dans le vif du sujet à propos de la présentation du bilan des trafics de l’année 2016 sur le réseau routier départemental, un sujet qui n’appelait pourtant pas de vote.

L’exposé d’Alain Touchard tourna involontairement à une forme d’apologie de la circulation automobile. Il se félicita de l’augmentation du trafic moyen sur le réseau départemental et sur l’autoroute A19 avec un impact discutable sur la route départementale RD2060 et quasi nul ailleurs. En réalité, la hausse de fréquentation de l’autoroute reste très modeste, au total en dessous des objectifs fixés il y a huit ans et, bien souvent, il s’agit de véhicules qui ne font que traverser le Loiret. Si cela s’accompagne d’une baisse du nombre de poids-lourds, surtout sensible dans la partie fluide de la RD2060, en revanche, dans la métropole d’Orléans, là où la RD2060 devient « tangentielle », le trafic est toujours aussi intense. Or, l’utilisation de revêtements réduisant les nuisances sonores demeure exceptionnelle, malheureusement.
Pas de quoi se réjouir de ce bilan, donc, d’autant que, Alain Touchard le souligna indirectement, le trafic poids-lourds important dans le Loiret suppose des crédits pour l’entretien du réseau routier. D’où une demande assez explicite de relever le budget des routes. Il reçut un accueil mitigé de la part de Pauline Martin, vice-présidente en charge des finances et le Président Saury plaisanta en annonçant qu’il « laisserait Thierry Soler répondre à cette demande ».
Lire la suite

Le département du Loiret volontaire pour défendre … l’institution départementale

Jeudi dernier, aux premiers jours d’un été déjà largement anticipé par la météo, le conseil départemental se réunissait en assemblée plénière pour sa session de juin, la première depuis que le pays entier a choisi de se mettre « en marche ». Les orientations du conseil départemental, très conservatrices sous des dehors d’innovation permanente, furent malheureusement conformes aux craintes que j’avais exprimées la veille dans un communiqué.

Le bouleversement politique apparu lors des récentes élections présidentielle et législatives occupa bien entendu une grande part du débat de politique générale qui constitue traditionnellement la première séance. Outre cette séance de jeudi matin, dont je me propose de rendre compte ici, je consacrerai un deuxième billet à la séance de l’après-midi (la plus chaude au dehors comme au dedans) puis conclurai par la séance du vendredi.

C’est donc par l’actualité nationale que le Président Hugues Saury ouvrit les débats, reconnaissant volontiers que « le paysage politique a changé ».

Lire la suite