Retour sur un long après-midi de découpage

J’ai voulu diffuser dès que possible mon intervention de la semaine passée dans mon précédent billet et il me faut maintenant vous donner un aperçu un peu plus large de cette séance « spéciale » au château de Chamerolles.

Tout d’abord, la délocalisation dans la halle de ce prestigieux site départemental, c’était avant tout une idée du président pour faire un maximum de bruit autour de la question électorale. Il avait d’ailleurs pris la peine d’inviter explicitement tous les maires du Loiret … sauf ceux issus du parti socialiste. Bref, une nouvelle preuve du détournement permanent des moyens de la collectivité au profit de sa propagande partisane.

La mise en scène avait été particulièrement soignée même s’il fallait pour cela installer les conseillers généraux les uns face aux autres en biais vers le public … et quasiment le dos tourné à la tribune où siégeait l’exécutif (ci-contre les élus rangés face à moi). Tout cela fut abondamment filmé par les services départementaux et nul doute que vous pourrez contrôler mon compte-rendu en visionnant la séance sur le site du Conseil général … le jour où cette mobilisation de moyens télévisuels se traduira par un effort sincère de transparence (chiche que le film de toute la journée soit mis en ligne et pas seulement des extraits à la gloire du président dans des réunions internes).

Continuer la lecture

Pendant la crise, Eric Doligé continue de râler dans son coin

Je sais que ce n’est pas cela qui résoudra les problèmes que rencontre notre pays, mais il me faut encore vous parler de cuisine électorale (et pas seulement de cuisine pour les collégiens).
En effet, en raison de la nouvelle loi électorale adoptée l’an passé pour les départements, le Conseil général était réuni aujourd’hui afin de donner un avis sur le découpage des nouveaux cantons. Je ne vous referai pas tout l’historique mais rappelons-nous seulement que le président Doligé en fait une jaunisse et qu’il a déjà largement utilisé les moyens de la collectivité pour dénigrer le gouvernement sur le thème de la mort des départements ou la fin de la ruralité.

Bref, cela chauffait un petit peu, cet après-midi, à Chamerolles, dans la grande halle réquisitionnée pour s’assurer un auditoire conséquent, à titre exceptionnel. Il est vrai que lorsqu’il s’agit de privatiser les cantines, notre Président préfère le secret des alcôves. Autant vous dire que mon intervention a généré un peu d’agitation. Je m’empresse de vous la livrer in extenso à l’attention de ceux qui avaient d’autres chats à fouetter comme de ceux qui étaient présent mais n’ont pas pu entendre.

Continuer la lecture

Du jamais vu à Meung-sur-Loire

Grande soirée, hier, dans la salle des fêtes de Meung-sur-Loire.

Pour une réunion ouvertement engagée contre la mainmise de l’ancien maire, ancien député, actuel conseiller général et sénateur de la circonscription, bref pour défendre l’alternative à un notable patenté, l’affluence atteignait un record. Quasiment cent personnes avaient relevé le défi … sans tenir compte des deux envoyés spéciaux venus se rendre compte du désastre qui se prépare pour le candidat sortant (je sais qu’il me lira attentivement alors j’exagère un peu).

Il faut dire que l’ancienne ministre et actuelle maire de Montreuil-sur-Seine, Dominique Voynet, avait fait le déplacement pour soutenir Patrice David, candidat de la gauche unie, bien décidé à défier le pouvoir en place. Car il s’agit bel et bien, à l’occasion des élections cantonales des 20 et 27 mars, de convaincre les Beaucerons de se passer de l’actuel président du Conseil général.

Et c’est donc un candidat écologiste qui s’y colle, porteur d’un vrai renouvellement pour le canton comme pour le département. Patrice David, citoyen acharné à défendre les autres, sera notamment militant de la gestion publique des collèges par le Conseil général plutôt que de leur privatisation par l’intermédiaire de partenariats public-privé (PPP). Après que Patrice se soit présenté, c’est Claude Bourdin, conseiller général et maire de Beaugency, venu en voisin, qui a souligné l’alliance de l’opposition départementale PS-EELV-PRG pour proposer une nouvelle orientation politique.

Enfin, Dominique Voynet a brillamment fait la démonstration qu’il est temps de mettre fin à une gouvernance de droite dont l’exemple de désinvolture et d’incompétence coupable vient du plus haut sommet de l’Etat. Elle aussi a dénoncé les PPP, vanté le souci des plus démunis et encouragé une agriculture plus respectueuse de la terre et des paysans qui la travaillent.

J’étais déjà venu soutenir un candidat des Verts aux cantonales à Meung-sur-Loire en 2004. Son adversaire était alors à son apogée et les écologistes encore insuffisamment reconnus (et moi-même totalement anonyme). Nous n’étions alors qu’une poignée dans l’assistance et encore, en comptant cette fois les quelques « observateurs » de l’autre camp. Et pourtant, cette élection de 2004 s’est conclue par la mise en ballotage du favori. Alors si j’en juge par l’immense succès de la soirée d’hier, j’ai le sentiment que le vent du changement pourrait se mettre à souffler depuis les bords de Loire jusque sur le plateau de Beauce.

Croyez-moi, je suis fier de faire partie de ceux qui pourront dire « j’y étais ».

Pourquoi pas un coup de balai dès le mois de mars ?

Deux occupations principales me retenaient loin de ce blog ces derniers temps : outre les activités usuelles d’un élu départemental qui ne cessent jamais tout à fait, j’ai multiplié les manifestations contre les retraites et participé à la création d’une dynamique à gauche pour les prochaines élections cantonales.

Pour ce qui est des retraites, certes, la loi est adoptée. Elle a cependant déclenché des mobilisations d’une ampleur exceptionnelle, d’autant que la répétition des grèves et des manifestations n’a que très peu entamé le mouvement jusqu’à aujourd’hui. Si l’on maintient un million de manifestants à nouveau demain, quand bien même nous fûmes plusieurs fois bien au-delà, cela restera un record pour la contestation d’une loi votée. En ce qui me concerne, je rejoindrai le cortège parisien en raison de ma participation à une autre mobilisation importante, celle pour le droit des femmes à choisir leur maternité.

En ce qui concerne les prochaines élections, certains trouveront qu’il est un peu tôt pour s’en préoccuper. Néanmoins ces dernières semaines m’ont amené à participer à des échanges fructueux entre les trois formations politiques dont l’alliance en 2008 a contribué à mon élection. Le résultat positif de ces rencontres annonce clairement la couleur, face à une majorité doligéenne qui tient de moins en moins bien ensemble. Je ne parle même pas de mon malheureux collègue Daniel Mériau, mis en examen cet été, mais les tensions ne cessent de croître entre les plus hauts fonctionnaires du Département (l’un d’eux est parti au printemps) et entre ces fonctionnaires et les principaux élus qui entourent le Président. Dans ces circonstances, je me réjouis du bilan de mon groupe politique et de la poursuite d’une alliance conquérante pour l’échéance des 20 et 27 mars. Dès le 16 novembre, nous mettrons en place tout ce qu’il faut pour élaborer un projet alternatif complet et bien plus ambitieux que le plan stratégique de la majorité actuelle. Et pour commencer, n’oublions pas le principal, que chacun s’inscrive bien sur les listes électorales et fasse inscrire tous les citoyens intéressés à l’avenir du Loiret.