Pourquoi je vais voter pour la liste Europe Écologie Les Verts menée par Yannick Jadot

Texte écrit avec de larges emprunts à Marie-Monique Robin.

afficheNous sommes dans une situation d’urgence absolument sans précédent pour tout ce qui touche au vivant, en particulier pour la survie des humains, et aussi pour l’impact des activités de ces mêmes humains sur l’environnement et notamment sur le climat planétaire. Nous n’en sortirons pas avec les réponses du XXème siècle comme l’imaginent la plupart de mes collègues de l’assemblée départementale du Loiret (cf. les terribles méprises propagées dans la revue Loiret magazine de ce mois-ci).
Produire plus, aménager plus, développer le PIB pour donner des emplois indignes à des gens dépossédés du pouvoir démocratique, cela nous conduit dans le mur. Au mieux il en découle une diminution drastique de la qualité de vie, du confort et de la santé, au pire nous allons vers « l’effondrement » décrit par certains auteurs.
Il nous faut revoir de fond en comble nos modes de pensée, de production, de consommation et tout simplement de vie. Il ne s’agit pas de petites transformations à la marge, mais bel et bien de lancer un vaste programme de transition écologique qui englobe tous les domaines: l’alimentation, l’énergie, les transports, l’habitat, les loisirs, l’éducation, l’argent.
De nombreux citoyens de tous les pays, certains même sous une dictature, ont déjà entamé le chemin vers cette redéfinition de la présence de l’humanité sur notre planète. Les actes concrets existent. Les interpellations massives aussi. Les jeunes mènent une grève mondiale pour le climat demain. Des marches pour le vivant et le climat se poursuivent régulièrement en France et à Orléans encore ce samedi 25 mai. En ce sens, la société peut se montrer en avance sur les institutions (tout comme elle peut malheureusement se montrer particulièrement rétrograde dans d’autres domaines).
Or, on voit bien qu’il manque encore un relais politique fort pour la transition écologique.
Nous avons besoin des représentants politiques, et notamment au niveau européen. Il nous faut agir avec les institutions que nous avons, en visant à renverser la table de l’intérieur. Étant donnée l’ampleur des enjeux- dérèglement climatique, extinction de la biodiversité, explosion des inégalités- l’échelle européenne est la bonne : si nous ne portons pas le combat à ce niveau, nous ne parviendrons pas à enclencher, rendre désirable et financer l’indispensable transition écologique, dans le peu de temps qui nous reste.
C’est pour cela que je vais voter pour la liste Europe Écologie Les Verts menée par Yannick Jadot, car nous avons besoin d’un groupe écologiste très fort au Parlement européen.
Nous avons besoin d’élu·e·s qui soient avant tout des écologistes, capables d’appliquer le regard de l’écologie sur TOUTES les questions traitées dans le cadre de l’Union européenne: le transport, l’énergie, l’habitat, l’agriculture, la culture, les migrants, la finance, etc.
Pas à la marge, au gré des humeurs ou stratégies, mais SYSTÉMATIQUEMENT.
Le groupe des Verts au Parlement européen existe depuis longtemps et il fonctionne bien et sans frontières nationales. Il a prouvé son efficacité sur de multiples dossiers. Nous lui devons par exemple la résolution du Parlement qui rappelle que le projet de déviation de Jargeau risque de violer les directives européennes qui protègent la biodiversité.
Il faut que ce groupe parlementaire écologiste grossisse pour qu’il puisse peser encore davantage et remporter plus vite les batailles qu’il sait mener pour soutenir le mouvement social écologiste.

Entrée en matière contrastée pour le budget 2015

L’assemblée départementale entamait hier une semaine de session plénière consacrée au vote du budget tandis qu’une contestation inédite s’exprimait à nos portes, rassemblant l’ensemble des organismes qui assurent l’hébergement de personnes handicapées.
A l’intérieur, le climat était plus calme, les esprits étant sans doute déjà tournés vers la future campagne électorale qui se prépare pour les élections départementales des 22 et 29 mars prochain.

En attendant, jusqu’à vendredi, il faudra quand même examiner avec attention le budget préparé par la majorité pour l’année 2015. Hormis le lancement de la labellisation de l’Agenda 21, il n’y aura pas vraiment d’autres décisions prises dans les jours qui viennent.
Continuer la lecture

Un Conseil général miraculeux dans un pays en perdition

Alors que tout le monde attendait de connaître la composition du gouvernement, le Conseil général entamait ce matin sa session budgétaire pour 2014. On se souvient que le vote du budget, habituellement programmé en décembre, avait été repoussé de quatre mois par Eric Doligé pour des raisons assez obscures mais au prétexte un peu outrancier de l’incompétence et de la versatilité du gouvernement de Jean-Marc Ayrault en matière de dotation des collectivités locales.

Entretemps, ce gouvernement a été sévèrement sanctionné dans les urnes et son chef remplacé. Nous nous attendions donc à ce qu’Eric Doligé surfe sur la vague des municipales et poursuive son dénigrement systématique de la gauche au pouvoir. Cette attente fut comblée dès le discours d’ouverture de la session avec une prestation dont la mauvaise foi confina au ridicule. Tout cela devant un public nombreux constitué de tous les cadres des services du Département massivement conviés à assister à la séance … à moins qu’ils n’aient toutes et tous, pour une fois et sans se consulter, décidé de prendre une matinée de congé pour venir écouter les élus.
Continuer la lecture

Ne leur parlez pas de Grenoble

Ce sera pour moi la bonne nouvelle de la soirée : la liste conduite par l’écologiste Eric Piolle a été élue par les Grenoblois au second tour des élections municipales.

Ailleurs, les résultats sont généralement très défavorables aux candidats de gauche. Ils s’expliquent forcément par une grande désillusion des Français envers la politique gouvernementale. Il faudra en tirer toutes les leçons.

Mais permettez-moi de me réjouir ce soir du succès d’un écologiste dans cette grande ville de Grenoble. Cela ne fera pas la une des journaux mais c’est un nouveau signe qu’il est possible de redonner de l’espoir sans prôner le repli sur soi et la peur de l’avenir.

Pour le reste, si vous voulez des heures de débat centrés sur le Front national ou de savants calculs de probabilité concernant un remaniement ministériel, branchez-vous sur les médias traditionnels. Ils ont beaucoup à dire sur ces sujets. Ne leur parlez pas de Grenoble.

Pas de changement au Conseil général

C’est par ces mots qu’Eric Doligé a ouvert la séance de la Commission permanente qui se tenait ce matin. En soulignant le fait que les élus départementaux poursuivaient encore pour un an leur mandat faute de scrutin départemental en 2014, il cachait assez mal sa joie consécutive aux élections municipales.
Cependant, si l’ampleur de la réélection de Serge Grouard a de quoi tétaniser la gauche, on ne peut pas vraiment dire que la droite ait été particulièrement brillante dans le Loiret. Je pense notamment à mon collègue Claude De Ganay, maire de Dampierre-en-Burly, Président de la communauté de communes Val d’or et forêt, Vice-Président du Conseil général et député de la troisième circonscription du Loiret (ouf). Eh bien, il me sera désormais beaucoup plus facile de vous parler de lui après sa défaite aux municipales qui va bientôt le priver des deux premiers mandats électifs de cette liste. Le record de cumul de mandats dans le Loiret détenu par ce militant UMP de choc est donc remis en jeu. Triste nouvelle pour le camp conservateur.

Quant au second tour qui s’annonce, j’espère même que la liste menée par Carole Canette dans la seconde ville du département confirmera dimanche la volonté des Fleuryssoises et des Fleuryssois de retrouver les valeurs de respect et de partage que nous revendiquons, sans exclusive certes, mais plus souvent mises en oeuvre à gauche qu’à droite tout de même. Et justement, Carole Canette et Alain Romero offrent à leur concitoyens un projet de solidarité et de bien vivre ensemble qui donne beaucoup d’espoir pour cette ville. C’est pour cela que j’ai participé hier à leur ultime réunion publique où j’ai retrouvé parmi leurs colistiers mes amis Bernard Martin et Danièle Roblin. C’est aussi pour cela qu’ils ont reçu le soutien d’Europe Écologie Les Verts.
Bref, à mon avis, si vous êtes de Fleury, dimanche, n’oubliez pas de voter à gauche ! 😉

Mais revenons à cette commission permanente du Conseil général.
Continuer la lecture