#ilestencoretemps mais le conseil départemental fait l’autruche face aux enjeux climatiques

Le Conseil départemental entamait ce mercredi sa session d’automne, par une journée chaude et ensoleillée en dépit de la date plus tardive que les années passées. La session débuta par un tour d’horizon et la présentation de l’ordre du jour par le Président Gaudet, très remonté par la confrontation entre les collectivités territoriales et l’État. Il annonça notamment le nouveau « plan jeunesse », les ajustements budgétaires ou l’achat du Canal d’Orléans, sujets qui seront débattus par la suite.

Plus original, Marc Gaudet se référa à l’actualité des derniers jours – sans doute pensait-il aux inondations – et nous expliqua que « la problématique environnementale est d’importance ». Reprenant la définition du rapport Bruntland, il rappela que le développement durable consiste à assurer les besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures à assurer leurs propres besoins. C’est justement la formulation qui a ma préférence quand j’aborde ce sujet. A ceci près que, en matière de climat ou de biodiversité, ce ne sont pas des générations à venir dont il faut se préoccuper désormais, mais de nous-mêmes. Les mesures à prendre sont urgentes et radicales tout en étant parfaitement possibles en modifiant seulement nos plus mauvaises habitudes de vie.
Malheureusement, Marc Gaudet ne voit pas les choses ainsi et ses propres contradictions deviennent vite insurmontables. Le développement durable, même après l’avoir si bien défini, il le voit comme la poursuite de toutes nos erreurs dans l’aménagement du territoire et dans nos modes de déplacement … avec quelques petits ajustements à la marge. Ainsi, il se vanta des prétendus 8 millions d’euros qui, dans le budget de la funeste déviation de Jargeau, seraient affectés à des mesures « environnementales ». Comme si, lorsque l’on dépense 80 millions pour encourager la production de gaz à effet de serre et l’aggravation du réchauffement climatique, il suffisait de réserver un dixième de cette somme à des mesures compensatoires plus ou moins raisonnables pour s’exonérer de toute responsabilité.

Et les responsabilités de mes collègues élus départementaux sont écrasantes. Développer les déplacements et le transport routiers aujourd’hui, ce n’est pas seulement jeter l’argent par les fenêtres, c’est s’employer à faire de la terre une planète invivable pour les humains. Et pourtant, je reste convaincu que toute l’assemblée départementale a bien conscience que le réchauffement climatique nous conduit à des drames et tous veulent sincèrement agir dans l’intérêt de la population.

Lire la suite