Une commission permanente très martiale mais qui manque de « cohérence »

Dans le cadre des réunions décentralisées du Conseil général, la commission permanente de ce mois de septembre se tenait dans la commune d’Olivet. Peut-être que cette petite ville est dans le besoin et n’avait pas trouvé de salle municipale à mettre à disposition du Département car c’est le 12ème régiment de cuirassiers qui fut mobilisé pour nous accueillir. Comme le fit remarquer le Président, ça permet d’avoir plein de jeunes gens bien sympathiques plantés tous les vingt mètres pour nous indiquer le chemin et en plus ils disent bonjour avec le sourire et la mitraillette en bandoulière. De mon côté, bien qu’objecteur de conscience, pacifiste et antimilitariste convaincu, je me fis un devoir de dire également bonjour avec le sourire – et sans mitraillette – à tous ces jeunes désoeuvrés : je crois qu’il vaut mieux qu’ils soient à Olivet qu’en Syrie avec leurs chars, d’autant que Bachar-el-Assad possède peut-être les mêmes chars « made in France ».
Semaine de la mobilité oblige, j’étais venu en vélo, prenant le risque d’arborer des messages aussi peu virils que le célèbre soleil affichant « Nucléaire ? Non merci. »

Le conflit latent sur les PPP étant remis à la semaine qui vient, les hostilités se déclenchèrent lorsque l’on examina l’avis du Conseil général sur les schémas de cohérence territoriaux (SCoT) qui sont en cours de préparation autour de l’agglomération d’Orléans. Les SCoT sont des documents de planification des évolutions territoriales en matière d’habitat, déplacements et environnement, vues sous un angle de développement durable.
Lire la suite