Session : un bilan (carbone) assez creux

Pour compléter le communiqué émis dans la foulée, voici le traditionnel compte-rendu de mes interventions en séance lors de la session plénière du Conseil général qui se tenait vendredi dernier. Rien d’extraordinaire à l’ordre du jour, malheureusement, même lorsque nous examinâmes le Bilan carbone® du Département et les préconisations qui en découlent. Juste des chicaneries à propos de documents édités sur papier glacé par la Préfecture du Loiret ou la Région Centre contrairement au Conseil général, soi-disant écolo et vertueux . Ce fut pour moi l’occasion de signaler à mes collègues qu’il est loin le temps où le papier recyclé était forcément tout gris et où les écologistes s’éclairaient à la bougie. De nos jours, il n’est pas rare que la consommation écologiquement responsable apporte autant sinon plus de confort que les solutions qui polluent la vie ou détraquent le climat. Rien n’empêche de faire de beaux documents sur papier recyclé en imprimant avec des encres végétales. Encore faut-il avoir quelque chose à publier qui en vaille la peine. Pas sûr que le compte rendu indigeste des actions du Département en matière de développement durable mérite tant de publicité.

Mais voyons en détail les différents rapports débattus :

Lire la suite

Session : Ça flingue à tout va

La session automnale du Conseil général débutait hier par une séance d’actualité politique au cours de laquelle le Président Doligé a débuté par un discours plutôt rageur et aigri qui a suscité des réactions non moins radicales.

Lire la suite

Rentrée des classes

Et voilà, c’est reparti pour une année scolaire. Même si j’ai renoncé à mon activité d’enseignant pendant mon mandat, c’est toujours l’année scolaire qui rythme mes activités institutionnelles dans une collectivité qui ronronne un peu durant l’été.

Je me faisais donc un devoir, ce matin, de participer à la remise des clés du nouveau collège Montesquieu, entièrement reconstruit dans le cadre du plan pluriannuel d’investissement départemental. Les collégiens du quartier de La Source, à Orléans, sont désormais accueillis dans deux collèges modernes et fonctionnels qui remplacent les trois anciens établissements encore en activité il y a quelques années. Il y a de quoi être satisfait du résultat avec un collège réellement conçu pour tenir compte de la crise énergétique et climatique tout en améliorant les conditions de scolarité des enfants. Et en plus, tous ces travaux ont été lancés avant que les partenariats public-privé deviennent le dogme du Conseil général du Loiret. Au risque de faire plaisir à la majorité départementale, je reconnaîtrais volontiers l’excellence de la politique d’investissement en faveur des collèges si l’on n’en abandonnait pas la maîtrise d’ouvrage au groupe Vinci et en s’endettant lourdement.

Bref, à visiter ces belles salles de classe toutes neuves et une salle des professeurs en surplomb bardé de cuivre (ci-contre), cela me donnerait presque la nostalgie de mes rentrées d’enseignant. Il est vrai qu’on me demande souvent si mon métier me manque. Et bien oui, il arrive qu’il me manque ; mais franchement, je ne vois pas comment exercer en même temps un mandat électif exigeant et une activité professionnelle qui ne l’est pas moins. Je suis pourtant au contact de nombreux surhommes qui y parviennent aisément tout en étant en outre maire de leur commune ou député ou sénateur. Il est vrai que la plupart d’entre eux ne s’encombre pas, comme moi, de la laborieuse rédaction d’un blog :-). Voilà sans doute ce qui leur donne toute légitimité pour pester contre les propositions de lois qui limitent le cumul des mandats. Ce sont eux encore qui déplorent la suppression des conseillers territoriaux, lesquels instituaient un cumul obligatoire des fonctions électives départementales et régionales. Nul doute qu’ils se sentiront obligés de dénigrer la prochaine réforme territoriale si jamais elle remet un tant soit peu en cause leurs baronnies archaïques. Bref, vous l’aurez compris, je reste persuadé que la revitalisation de notre démocratie passe par le partage le plus large des pouvoirs : cela passe par des règles bien plus strictes de non-cumul des mandats électifs et de leur renouvellement dans le temps.

Transports scolaires payants

C’est la décision départementale qui marque la rentrée 2012 dans le Loiret. Le Conseil général demande une participation aux familles dont les enfants utilisent le réseau ULYS pour aller à l’école.

Même si cette prestation reste très largement subventionnée, la fin de la gratuité va mettre en difficulté les familles les plus modestes auxquelles la majorité départementale n’a pas fait de cadeau. Je ne suis évidemment pas d’accord avec ce choix. D’autres en contestent le principe lui-même comme la Fédération des conseils de parents d’élèves (FCPE) qui propose une pétition.

Avec ma collègue Estelle Touzin, nous avons jugé utile de préciser comment nous avons combattu le système qui s’applique aujourd’hui mais sans forcément exiger la gratuité pour tous, laquelle suppose implicitement de faire payer les contribuables plutôt que les usagers. Sans régler ce dilemme sur le fond, voici les éclaircissements que nous souhaitons apporter à propos des cars ULYS dans le Loiret.
Lire la suite

Communiqué : Une politique départementale de l’eau qui coule de source

Ce lundi 25 juin 2012, le Conseil général doit procéder à la signature de son second Plan départemental de l’eau.

Le premier Plan départemental de l’eau 2006-2011 a permis de prendre en considération les enjeux sur la qualité et la raréfaction de cette ressource indispensable aux habitants du département, essentielle pour l’environnement et la biodiversité et utile aux activités économiques.
Grâce à ce Plan départemental de l’eau , le Conseil général a regroupé de multiples partenaires tels que les communes, la Région, l’agence de bassin, la chambre d’agriculture, afin de réaliser des actions curatives (sécuriser et pérenniser l’alimentation en eau potable), préventives (lutte contre les pollutions ponctuelles et diffuses), de communication (en faveur de comportements éco-citoyens par exemple) et enfin toutes les actions pour améliorer l’assainissement et reconquérir la qualité des cours d’eau.

Le second plan départemental de l’eau 2012-2016 gagne un partenaire avec la chambre de commerce et d’industrie. Il intensifie les synergies entre les acteurs locaux et valorise les actions entreprises localement grâce à l’éco-conditionnalité des aides.

Les élus écologistes du Conseil général du Loiret se réjouissent de cette politique de l’eau volontariste et ambitieuse … tout en déplorant qu’elle soit seulement mise en œuvre dans le département voisin de Seine-et-Marne.

Estelle Touzin & Thierry Soler
Conseillers généraux du Loiret

Téléchargez le communiqué

——-

Post-scriptum :
Publié ici avec retard, en trichant sur la date affichée ci-dessus, ce communiqué a bel et bien été émis le 25 juin mais n’a pas été repris par la presse locale.
Depuis, la Commission permanente du Conseil général du Loiret a adopté le 6 juillet une mise à jour de la politique relative à l’eau ; celle-ci continue à se présenter comme un guichet où les collectivités qui font simplement leur travail de gestion des réseaux peuvent venir demander une aide financière ; la seule nouveauté c’est que, en période de crise, le guichet est moins généreux.
Ce fut pour moi l’occasion de parler de ressource à préserver ou de qualité de l’eau et de souligner que cette politique de l’eau pourrait avoir un peu plus de sens. Voici un échantillon des réponses de la majorité : « Je crois que, là, on fait quelque chose de pas mal » ; « on a mis des sommes pas négligeables » ; [les projets soutenus dans mon canton,] « ce sont de beaux projets ». Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.