Prêts pour le(s) budget(s)

Tandis que le climat détraqué perturbe le Loiret, la faute aux écologistes certainement ;-), le Conseil général a repris aujourd’hui ses travaux en séance plénière. Des travaux copieux car il s’agit d’établir et d’adopter le budget départemental pour 2011. Mais des travaux vite suspendus puisque notre Président-Sénateur était retenu à Paris pour s’intéresser au budget de la France. Cela nous a laissé le temps d’examiner les différents rapports de la session dans chacune des commissions thématiques.

Quant à Eric Doligé, avant de nous rejoindre demain pour la reprise des débats, il devait certainement batailler ferme pour assurer la survie du Loiret face aux attaques incessantes et pernicieuses du gouvernement. En effet, le projet de loi de finance (PLF), qui doit régler le budget du pays pour 2011, menace dangereusement l’existence même de notre département. Figurez-vous que l’article 61 de ce texte prévoit une péréquation, entre tous les départements, des recettes fiscales issues des transactions immobilières. Une solidarité entre départements, en quelque sorte, sans doute parce que l’Etat assèche par ailleurs les finances des collectivités locales. Et, voyez-vous, pour Eric Doligé, Sénateur UMP certes, mais aussi Président de Conseil général, voter cet article en l’état, ce serait se faire hara-kiri (cf. l’Express). Sarkozy nous en préserve !!

Franchement, si notre Président devait cesser ses activités à la tête du Département, je préfèrerais de beaucoup que ce soit à la suite d’une défaite électorale, le 27 mars prochain, lors de l’élection cantonale du canton de Meung-sur-Loire. Alors surtout, si vous connaissez des déçus de sa politique locale qui habiteraient Baccon, Chaingy, Charsonville, Coulmiers, Épieds-en-Beauce, Huisseau-sur-Mauves, Le Bardon, Meung-sur-Loire, Rozières-en-Beauce ou Saint-Ay, dites leur de vérifier leur inscription sur les listes électorales et de réserver les dimanches 20 et 27 mars pour un bref passage dans l’isoloir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *