On est les meilleurs ! On est les meilleurs ! On est, on est …

Et voilà. Dans 48h, nous désignerons une nouvelle assemblée départementale. Du moins émergera-t-elle la semaine suivante à l’issue du second tour. Ce n’est définitivement plus un secret, je ne suis pas candidat pour un troisième mandat consécutif. Je vais donc, à titre personnel, tourner cette page.
D’autres continuent (ou espèrent continuer), parfois en menant de front deux ou trois fonctions électives majeures et un métier prenant.
Mais que l’on prône le renouvellement en commençant par laisser la place ou bien que l’on s’accroche encore et encore au rôle de conseiller·e départemental·e, l’heure est donc au bilan. C’est justement ce qui constitua une grande partie de la dernière session plénière de ce mandat, laquelle se déroulait à la fin du mois de mai.

Et le moins que l’on puisse dire en ayant écouté mes collègues, c’est que ce bilan est exceptionnel. À les entendre, non seulement le Département est la plus merveilleuse des collectivités locales, celle qui fait le bonheur de toute la population, mais l’action publique menée par cette collectivité dans le Loiret, en dépit des vents contraires, a été particulièrement pertinente, fructueuse et pour tout dire absolument remarquable.
Hourra ! On est les meilleurs !

Vous vous doutez bien que je ne tire pas le même bilan.
Cela transparaîtra donc dans cet ultime compte-rendu de session, un exercice auquel je n’ai jamais dérogé durant 13 années de mandats, sachant qu’il ne touche pas forcément nombre de mes concitoyens mais persuadé que le retour sur mon action est le minimum que je dois à toutes les Loirétaines et les Loirétains, c’est à dire celles et ceux qui étaient directement concerné·e·s par les décisions prises au sein du conseil départemental.

N.B. : les plus motivés parmi vous peuvent aussi revoir tous les enregistrements de cette session et se forger leur propre point de vue.

Continuer la lecture

Élégance

Si j’en crois ceux qui se sont sentis visés, il n’était pas très « élégant » de dévoiler prématurément les critiques des juges contre la gestion du Conseil général. Soit. Les Loirétains patienteront bien quelques semaines avant d’avoir le droit de savoir comment on les endette. En attendant, je ne résiste pas au plaisir de vous faire part de deux belles leçons « d’élégance » qu’il m’a été donné de recevoir des députés UMP du Loiret.
Continuer la lecture

Communiqué : cumul et découpage cantonal, la fausse « proximité » des élus

Le rapport de la commission pour la rénovation et la déontologie de la vie publique, remis récemment au Président de la République, a ranimé le débat sur le cumul des mandats. Nous entendons à ce sujet des arguments fallacieux qui associent le cumul, plaie de la démocratie locale, à une hypothétique proximité avec les citoyens. Malheureusement, le gouvernement a examiné hier un projet de loi qui tombe dans le même travers.

Continuer la lecture

Rentrée des classes

Et voilà, c’est reparti pour une année scolaire. Même si j’ai renoncé à mon activité d’enseignant pendant mon mandat, c’est toujours l’année scolaire qui rythme mes activités institutionnelles dans une collectivité qui ronronne un peu durant l’été.

Je me faisais donc un devoir, ce matin, de participer à la remise des clés du nouveau collège Montesquieu, entièrement reconstruit dans le cadre du plan pluriannuel d’investissement départemental. Les collégiens du quartier de La Source, à Orléans, sont désormais accueillis dans deux collèges modernes et fonctionnels qui remplacent les trois anciens établissements encore en activité il y a quelques années. Il y a de quoi être satisfait du résultat avec un collège réellement conçu pour tenir compte de la crise énergétique et climatique tout en améliorant les conditions de scolarité des enfants. Et en plus, tous ces travaux ont été lancés avant que les partenariats public-privé deviennent le dogme du Conseil général du Loiret. Au risque de faire plaisir à la majorité départementale, je reconnaîtrais volontiers l’excellence de la politique d’investissement en faveur des collèges si l’on n’en abandonnait pas la maîtrise d’ouvrage au groupe Vinci et en s’endettant lourdement.

Bref, à visiter ces belles salles de classe toutes neuves et une salle des professeurs en surplomb bardé de cuivre (ci-contre), cela me donnerait presque la nostalgie de mes rentrées d’enseignant. Il est vrai qu’on me demande souvent si mon métier me manque. Et bien oui, il arrive qu’il me manque ; mais franchement, je ne vois pas comment exercer en même temps un mandat électif exigeant et une activité professionnelle qui ne l’est pas moins. Je suis pourtant au contact de nombreux surhommes qui y parviennent aisément tout en étant en outre maire de leur commune ou député ou sénateur. Il est vrai que la plupart d’entre eux ne s’encombre pas, comme moi, de la laborieuse rédaction d’un blog :-). Voilà sans doute ce qui leur donne toute légitimité pour pester contre les propositions de lois qui limitent le cumul des mandats. Ce sont eux encore qui déplorent la suppression des conseillers territoriaux, lesquels instituaient un cumul obligatoire des fonctions électives départementales et régionales. Nul doute qu’ils se sentiront obligés de dénigrer la prochaine réforme territoriale si jamais elle remet un tant soit peu en cause leurs baronnies archaïques. Bref, vous l’aurez compris, je reste persuadé que la revitalisation de notre démocratie passe par le partage le plus large des pouvoirs : cela passe par des règles bien plus strictes de non-cumul des mandats électifs et de leur renouvellement dans le temps.

On prend les mêmes et on recommence ?

Tout le monde ne va pas forcément s’en apercevoir mais 2011 est une année électorale. Non seulement la campagne présidentielle de 2012 n’en finit pas de démarrer mais les assemblées départementales vont une dernière fois se renouveler par moitié (ensuite, à partir de 2014 ce sera le grand n’importe quoi de la réforme territoriale UMP). Et comme un scrutin cantonal archaïque n’est jamais sans lien avec le Sénat, c’est également en 2011 que se tiendra une élection sénatoriale par moitié (le Loiret est concerné mais seuls votent les « grands électeurs »).

Bref, une année électorale et deux occasions de sanctionner Eric Doligé. Le Sénateur-Président départemental sera en effet aux premières loges, d’abord face aux habitants du canton de Meung-sur-Loire puis devant les grands électeurs du Loiret. Car bien entendu, il se représente pour chacun de ses deux mandats. Il a probablement largement le temps de tout faire puisqu’il est retraité. Entrepreneur retraité bien sûr, mais aussi député retraité et maire retraité. Par contre, en tant que comédien, il est toujours en activité si l’on en juge par le spectacle qu’il a offert à ses fans en lieu et place des voeux du Conseil général aux personnalités.

Oh, évidemment, lors de la dernière session, notre Président s’est senti un peu gêné de cumuler toutes ces fonctions. Alors il a ironisé sur la longue liste des politiciens qui se livrent aux accumulations de mandats. Je crois même me souvenir qu’il s’est référé à une grande commune de l’Est parisien dont une Sénatrice verte a conquis la mairie lors des dernières élections municipales. Pas de bol, Dominique Voynet n’entre pas dans les schémas auxquels l’UMP du Loiret est habitué. Elle vient de profiter de ses voeux aux Montreuillois pour indiquer logiquement que son rôle à la tête de leur ville ne lui permettait pas d’envisager la poursuite de sa carrière de sénatrice. Oh, ce n’est pas aussi exemplaire que certains fanatiques qui font de leur mandat de conseiller général un unique horizon, mais tout de même, si cela pouvait donner aux Magdunois l’envie d’élire Patrice David à mes côtés, je suis sûr que le Loiret serait encore mieux représenté au Sénat par un ex-Président du Département.