Communiqué : Fêtons le canal à Combleux !

Ce samedi 14 septembre, le Conseil départemental du Loiret anime une « Escale en fête » à Combleux. Il y dévoilera le choix crucial du nouveau nom du circuit touristique associant la Loire, le canal de Briare et le canal d’Orléans. Re-baptiser le « Triangle d’eau » était sans doute un enjeu majeur qui nécessitait de demander leur avis à tous les Loirétains. J’espère que nous pourrons ainsi bientôt nous « La coulée douce ».
Au-delà de la boutade, il est réjouissant de constater que le canal d’Orléans redevient une préoccupation de la collectivité qui en sera bientôt la légitime propriétaire.
Lors de mon accession au poste de conseiller général en 2008, élu dans un canton où le canal d’Orléans tient une place centrale, j’avais proposé de miser sur un tourisme de proximité et de nature. Je pariais déjà qu’au 21ème siècle, « vacances » ne rimerait plus avec « aéroport » mais avec « vélo » et « rando ». Quelle satisfaction de voir que ce pronostic est aujourd’hui partagé.
Cependant, mettre le tourisme au coeur des projets concernant le canal d’Orléans ne doit pas nous faire oublier la fragilité des espaces naturels qui l’entourent. L’aménagement du canal et son ouverture aux mobilités douces doit se faire dans le respect de la biodiversité environnante.
Le canal d’Orléans est une infrastructure ancienne dont les usages ont considérablement évolué. Au sortir d’un été plusieurs fois caniculaire, il conviendra d’être très prudent quant aux usages de l’eau dont nous disposerons à l’avenir. L’exemple du festival de Loire montre qu’il est plutôt indécent d’imposer aux agriculteurs comme aux simples citoyens des restrictions qui ne s’appliqueraient pas au secteur du tourisme. Le réchauffement climatique peut encore être contenu à l’échelle planétaire mais, même si tel était le cas, il n’en affectera pas moins le Loiret dans les décennies à venir. Nous devons donc imaginer un projet pour le canal d’Orléans qui intègre des sécheresses estivales récurrentes.
C’est dans cet esprit constructif mais prudent que je me joindrai à la fête de Combleux auprès des mariniers des Chemins de l’eau et de tous les amoureux du canal.

Session : un premier écho des décisions qui n’ont pas été prises

La journée du vendredi 28 était consacrée à l’examen des rapports présentés à l’Assemblée départementale.
Avant de vous en proposer l’habituel compte-rendu exhaustif, voici déjà le communiqué que j’ai émis hier avec ma collègue Estelle Touzin.

Continuer la lecture

Communiqué : Une politique départementale de l’eau qui coule de source

Ce lundi 25 juin 2012, le Conseil général doit procéder à la signature de son second Plan départemental de l’eau.

Le premier Plan départemental de l’eau 2006-2011 a permis de prendre en considération les enjeux sur la qualité et la raréfaction de cette ressource indispensable aux habitants du département, essentielle pour l’environnement et la biodiversité et utile aux activités économiques.
Grâce à ce Plan départemental de l’eau , le Conseil général a regroupé de multiples partenaires tels que les communes, la Région, l’agence de bassin, la chambre d’agriculture, afin de réaliser des actions curatives (sécuriser et pérenniser l’alimentation en eau potable), préventives (lutte contre les pollutions ponctuelles et diffuses), de communication (en faveur de comportements éco-citoyens par exemple) et enfin toutes les actions pour améliorer l’assainissement et reconquérir la qualité des cours d’eau.

Le second plan départemental de l’eau 2012-2016 gagne un partenaire avec la chambre de commerce et d’industrie. Il intensifie les synergies entre les acteurs locaux et valorise les actions entreprises localement grâce à l’éco-conditionnalité des aides.

Les élus écologistes du Conseil général du Loiret se réjouissent de cette politique de l’eau volontariste et ambitieuse … tout en déplorant qu’elle soit seulement mise en œuvre dans le département voisin de Seine-et-Marne.

Estelle Touzin & Thierry Soler
Conseillers généraux du Loiret

Téléchargez le communiqué

——-

Post-scriptum :
Publié ici avec retard, en trichant sur la date affichée ci-dessus, ce communiqué a bel et bien été émis le 25 juin mais n’a pas été repris par la presse locale.
Depuis, la Commission permanente du Conseil général du Loiret a adopté le 6 juillet une mise à jour de la politique relative à l’eau ; celle-ci continue à se présenter comme un guichet où les collectivités qui font simplement leur travail de gestion des réseaux peuvent venir demander une aide financière ; la seule nouveauté c’est que, en période de crise, le guichet est moins généreux.
Ce fut pour moi l’occasion de parler de ressource à préserver ou de qualité de l’eau et de souligner que cette politique de l’eau pourrait avoir un peu plus de sens. Voici un échantillon des réponses de la majorité : « Je crois que, là, on fait quelque chose de pas mal » ; « on a mis des sommes pas négligeables » ; [les projets soutenus dans mon canton,] « ce sont de beaux projets ». Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.