Le budget départemental adopté avec une voix contre

C’est bien connu, l’écologiste n’est jamais content 😉

Comme toute collectivité territoriale, le conseil départemental du Loiret a adopté son budget annuel pour 2020 au cours d’une session de deux journées qui se tenait fin janvier. Alors que notre société évolue très rapidement face à des problématiques de démocratie, d’inégalités, de dérèglement climatique ou de disparition des espèces vivantes, j’ai eu l’impression que la vénérable institution départementale était un peu restée au siècle dernier.

Même si l’assemblée suit son projet de mandat voté en 2015 – une projection dans le futur plutôt bienvenue – et même si cette session était aussi l’occasion de vanter le développement du réseau numérique dans le Loiret parmi diverses orientations innovantes, le sens profond des actions menées reste un brin archaïque. D’une part, les élus se croient toujours investis d’un savoir incontestable qui les autoriserait à décider de tout à la place des citoyens, d’autre part, ils persistent dans le déni de la crise écologique et refusent d’abandonner leur stratégie d’aménagement du territoire à grand renfort d’infrastructures routières comme si les besoins de la population étaient encore ceux des années 70.

Certes, la culture écologique du président Gaudet dépasse de loin celle d’un Éric Doligé. Cela lui permet de pointer des efforts réels entrepris pour verdir sa politique et d’utiliser des expressions comme « transition écologique ». Mais au final, on en revient toujours à un modèle basé sur la croissance infinie et la priorité à la bagnole. Quant aux actions de solidarité, elles sont menées à regret tandis que le budget abonde toujours très généreusement les secteurs économiques qui se moquent du bien-être des Loirétains.
Continuer la lecture