Nous n’avons plus vraiment le choix, non ?

Je viens de recevoir le matériel de vote et c’est sans état d’âme que j’irai déposer dimanche un bulletin Emmanuel Macron.
Je n’ai jamais attendu de miracle d’une élection. Je n’ai jamais pensé que mon.ma candidat.e serait la solution providentielle en phase avec mes idées, même lorsque c’était moi qui me présentais ;-).
Je n’estime pas souvent que mon vote peut changer radicalement la façon de vivre des un.e.s et des autres. Mais là, désolé, il n’y a pas de doute. Chaque voix pour Emmanuel Macron aura un impact direct sur notre vie future. Non pas qu’il soit un candidat très différent de ce que l’on a pu connaître auparavant. Mais parce qu’il faut absolument qu’il soit élu pour que son adversaire ne le soit pas.
Lire la suite

La puce à l’oreille : réécouter mon interview

Samedi dernier, j’étais l’invité de cette émission de la radio Méga FM. Je ne saurais que vous encourager à écouter et soutenir cette radio associative de Châteauneuf-sur-Loire qui rayonne très largement dans le Loiret et le Cher.
Cette interview assez longue et très sérieuse de la part de l’animateur, Rémi Silly, fut l’occasion pour moi de développer à nouveau des arguments en faveur d’une transition écologique qui exclut évidemment la réalisation du projet de déviation et de pont à Jargeau.
Pour ceux qui ont raté le direct, c’est à réécouter ici ou bien ci-dessous :

Des écologistes au gouvernement … mais pas EÉLV

A la suite du remaniement ministériel de la semaine dernière, les commentaires se sont multipliés à propos de l’entrée d’écologistes au gouvernement.
Malheureusement, aussi talentueuse soient les personnes, ce que l’on attend vraiment, c’est une réorientation de la politique menée.

Prenons l’agriculture par exemple.
Mis à part une minorité d’entre eux, notamment ceux convertis au bio, les paysans ont été entraînés dans une spirale industrielle démentielle. L’agro-écologie donnerait de bien meilleurs résultats, des produits sains et de quoi employer plus de monde avec des revenus normaux. Sauf que les exploitations ont été mécanisées puis financiarisées à outrance en même temps que les méthodes de cultures exigeaient de plus en plus de poisons. Le résultat c’est la détresse des agriculteurs et des atteintes à la santé publique dont ils sont les premières victimes. Contrairement à ce que pensent les manifestants d’aujourd’hui, il leur aurait fallu plus d’écologie pour préserver un métier utile et rémunérateur. Mais sans doute est-il plus facile de s’en prendre à une femme secrétaire d’État écolo ou à l’Europe que de se retourner contre leurs véritables fossoyeurs du côté de l’industrie chimique, des banques et de la grande distribution ?

Et si le nouveau gouvernement proposait autre chose que des aides pour conserver une agriculture productiviste sous perfusion ?
Voilà ce que j’appellerais un « verdissement ».

En tant que porte-parole local d’Europe Écologie Les Verts, j’ai été amené à m’exprimer sur ce remaniement, tout d’abord par un communiqué de presse puis, ce matin, sur l’antenne de France Bleu Orléans :

Enfin, mon point de vue apparaît également dans la République du Centre à retrouver sur ma revue de presse.

COP21 : le moment de s’occuper du climat

Dans la mesure où il n’est pas permis aujourd’hui de parler de la campagne pour les élections régionales, permettez-moi d’en remettre une couche sur le climat 😉 .

Avant de parler de la COP21, je voudrais faire un petit clin d’oeil à « la fée solaire », une oeuvre de Jean-Pierre Gendra actuellement exposée dans le hall de l’Hôtel du Département, 19 rue Eugène Vignat à Orléans.
Cette sculpture qui magnifie les énergies renouvelables est, selon son auteur, une « contribution à la prise de conscience au défi énergétique actuel ».
Je suis heureux d’avoir contribué à sa mise en valeur par le Conseil départemental durant la COP21.

Ensuite, je vous recommande tout particulièrement la tribune que j’ai publiée la semaine dernière sur le site d’information locale Apostrophe 45.
Pour ceux qui ne sont pas encore abonnés à ce média, le texte est également sur mon site.

Le slogan « c’est le moment ! », qui conclut cette tribune et qu’Apostrophe 45 a choisi comme titre, je l’ai emprunté aux élus écologistes du Parlement européen. Je l’avais déjà utilisé à l’occasion d’événements organisés ces derniers mois, en particulier le 28 septembre à Saint-Jean-de-Braye. J’ai jugé pertinent d’en faire encore l’axe de ce billet pour vous parler de la seule COP21.
On m’objectera sans doute que le « moment » de s’occuper du dérèglement climatique, ce n’est pas seulement ce dimanche 6 décembre 2015, au beau milieu de la 21ème conférence des pays parties prenantes de la convention-cadre des Nations-Unies sur le climat (c’est ce que signifie l’acronyme COP21).
Lire la suite