Communiqué : Pour des collectivités territoriales au service des citoyens

Les conseillers généraux écologistes du Loiret, Thierry Soler et Estelle Touzin, participaient le week-end dernier à une table ronde sur la réforme territoriale dans le cadre des journées de rentrée d’EELV Centre et en présence de Jean-Vincent Placé, président du groupe EELV au sénat. Tous ont souligné l’importance de se mettre d’accord sur les compétences des collectivités territoriales plutôt que de s’affronter à propos de leur redécoupage.
A Joué-les-Tours, de droite à gauche, Saadika Harchi, Jean-Vincent Placé et Thierry Soler.

Cette préoccupation rejoint un vote unanime de la dernière session du Conseil général du Loiret: le voeu que la réforme territoriale aboutisse à la clarification des compétences départementales avant les élections prévues en mars prochain. Après cinq ans de tergiversations de plusieurs gouvernements successifs, il est plus que temps de résoudre le principal problème posé par l’organisation territoriale du pays, à savoir l’empilement des multiples échelons administratifs qui interviennent dans tous les domaines.

Cela étant, les élus écologistes se sont élevés avec force contre la façon dont la majorité UMP du Département s’emploie à accuser la gauche de tous les maux. La dernière trouvaille consiste à demander aux agents du conseil général d’expédier aux mairies et aux associations du Loiret un pamphlet au liséré bleu blanc rouge qui annonce la fin des financements de projets par la faute du gouvernement. Ce tract partisan a été assumé par Eric Doligé qui y voit même un service rendu aux destinataires, ces « partenaires » du conseil général qui ont déjà subi le report du budget 2014 du Loiret et qui sont ainsi informés qu’il ne faut plus compter sur aucun financement en 2015.

En employant les ressources de la collectivité pour cette stratégie partisane à outrance, la majorité départementale tente de justifier des mesures contestables comme l’abandon de sa politique de lutte contre les inondations et l’augmentation brutale de la taxe sur la consommation finale d’électricité. Mais si les choses allaient aussi mal que cela, comment expliquer que perdure l’illusion du doublement de la ligne LGV Paris-Lyon à travers nos régions ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *