C’est un scandale !

Avertissement : ceci n’est qu’un modeste blog dont la portée ne doit pas être surestimée mais quelques unes des premières réactions suscitées par ce billet m’amènent à penser que le ton adopté pour le rédiger peut le faire apparaître comme injustement agressif.
J’en ai donc retiré la conclusion qui était exagérée et je tiens à préciser que je ne mets en cause ni l’honnêteté ni la morale de mon collègue Marc Gaudet. Celui-ci a notamment démenti être un ami personnel du président de la commission d’enquête et j’en prends acte (avec des guillemets qui auraient été bienvenus dès le départ). Leur proximité n’en demeure pas moins suffisante pour que s’applique la charte de déontologie des commissaires enquêteurs. Le conflit d’intérêt dont il est question ne porte évidemment pas sur de l’argent mais sur ces liens personnels susceptibles de fausser l’appréciation. C’est un peu comme faire arbitrer un match de l’équipe de France par un arbitre français. Cela ne se fait pas. Même s’il n’y a pas d’argent en jeu et même si on peut imaginer que cet arbitre serait en capacité de rester neutre. Cela ne se fait pas, tout simplement. Si cela se produisait quand même, et si en plus deux ou trois penalties litigieux était accordés, je ne doute pas que les supporters du camp d’en face écriraient des chose bien plus graves que ce qui suit 😉

Vous vous souvenez sans doute des incroyables conclusions de l’enquête publique concernant le projet de déviation de la RD 921 à Jargeau. Le moins que l’on puisse dire est que l’avis favorable de la commission d’enquête m’avait surpris et laissé un sentiment de dupe (voir polémique au coeur de la session de juin).
Aujourd’hui, tout s’explique :
L’association Mardiéval révèle ce matin que le président de cette commission, Michel Badaire, était « un intime » du porteur de projet, mon collègue Marc Gaudet, élu du canton de Pithiviers et vice-président du Département en charge des routes.
C’est un conflit d’intérêt majeur qui jette la plus grande suspicion sur cette enquête publique.

Cela semble la marque de fabrique des grands projets inutiles imposés (les GPII comme disent les écolos). Il y a eu un précédent tout aussi incroyable lorsque le Préfet qui avait accepté le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes s’était retrouvé embauché par la société Vinci chargée de construire cet aéroport.
Ici, quelques semaines après un avis favorable à contresens des opinions majoritaires parmi le public consulté, on découvre que celui qui rendit cet avis est « un proche » de celui qui le sollicitait.
C’est donc l’histoire de deux « amis » qui se croisaient régulièrement dans les « cercles VIP » du Pithiverais où Michel Badaire est un membre éminent du Lions club. Il connaissait bien l’élu local Marc Gaudet, à tel point que celui-ci invita madame Badaire à se présenter à ses côtés lors des élections départementales de 2015. Ensemble, ils firent campagne pour le tout-camion dans le Loiret et remportèrent cette élection. Marc Gaudet devint le patron des routes départementales et Monique Badaire la suppléante en titre de Marianne Dubois.
Lorsque Marc Gaudet et Hugues Saury obtinrent de la majorité départementale le financement du projet le plus cher du mandat (près de 100 millions) c’est Michel Badaire qui fut chargé par le tribunal administratif de présider l’enquête publique.
Des deux « compères » Gaudet et Badaire, l’un demandait si son projet ne nuit pas à l’environnement malgré les 100 hectares de terres sacrifiées, notamment les espaces naturels, et l’autre était chargé de la réponse … qui fut évidemment un NON. Non, « cher ami », votre projet ne pose aucun problème, il ne dérange personne, il est parfait.

Alors que la charte déontologique qu’il a acceptée pour occuper un tel poste et le minimum de décence lui auraient imposé de se désister, Michel Badaire avait fait comme si de rien n’était. Tout au long de l’enquête, il se montra des plus charmants avec les opposants au pont, se plaignit des outrances et des violences exercées par l’un de ses rares partisans. Lorsque je le rencontrai, il m’incita gentiment à contribuer à l’enquête, dialogua volontiers et nota les multiples incohérences du projet que je lui signalai. Il fut également à l’écoute des arguments très sérieux et complets fournis par le collectif La Loire vivra.
Et puis il rendit des conclusions que même Marc Gaudet n’aurait pas osé écrire.

2 réflexions au sujet de « C’est un scandale ! »

  1. Ping : C’est un scandale ! | EELV Ouest Loiret

  2. Ping : Une mentalité cantonale qui mène à de grands projets imposés | Loire & écolo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *