Le Conseil général du Loiret veut régulariser les jeunes étrangers

A la dernière minute de la session plénière qui s’achevait aujourd’hui, le Conseil général du Loiret, sous la présidence du sénateur UMP Eric Doligé, a adopté à l’unanimité un voeu demandant à l’Etat d’accorder des titres de séjour aux jeunes mineurs isolés étrangers dès l’instant qu’ils atteignent leur majorité.

La conclusion de ce voeu est très claire :
Pour assurer plus efficacement et de façon partenariale le suivi et la prise en charge des jeunes majeurs issus de l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) dans leur projet d’insertion, il est demandé à l’Etat de mettre en œuvre ses compétences de droit commun :
en accordant aux jeunes majeurs leur titre de séjour dès leur majorité en anticipant l’examen de leur dossier, afin qu’ils puissent bénéficier de l’ensemble des aides et dispositifs de droit commun et accéder à l’emploi ;
– en ne refusant plus les demandes de bourses nationales d’étude du second degré de lycée aux jeunes majeurs au seul motif qu’ils sont accompagnés par le Département et aux mineurs au seul motif qu’ils sont pris en charge par l’ASE.

Et notez bien que ce vote a eu lieu le 4 avril et non le 1er du mois.

Présent dans les médias, avec des hauts et des bas

Hausse brutale de ma présence dans les médias ce matin. C’est l’occasion de réveiller un peu ce blog.

En effet, la République du Centre reprend en partie un communiqué d’Europe Écologie Les Verts Orléanais à propos de la taxe sur les poids-lourds, la fameuse écotaxe qui a longuement défrayé la chronique ces dernières semaines. A retrouver dans ma revue de presse.

Je fais également une deuxième apparition dans ce même journal à propos du contrat de partenariat public-privé (PPP) signé hier par le Service d’incendie et de secours du Loiret (le SDIS45, largement piloté par le conseil général) en vue de construire douze nouvelles casernes de pompiers d’un seul coup. Il s’agit une fois encore pour le Président du Conseil général, de systématiser les PPP, une méthode de passation des marchés publics dont les avantages sont loin d’être prouvés et dont les inconvénients se sont amplement manifestés hors du Loiret. Toujours dans ma revue de presse.

Je profite de cette occasion pour exprimer tout mon soutien aux salariés de la Rép qui s’inquiètent de licenciements programmés à Saran.

En revanche, ces jours-ci, pas la peine de vous installer devant le journal local de France 3 en espérant que je causerai dans le poste. Il semble bien que l’interview qui m’avait été demandée jeudi dernier est passée aux oubliettes. Il s’agissait de réagir à une décision relative aux permis d’exploiter des hydrocarbures dans le Loiret. Réagissant à une autorisation concédée par le ministère de l’écologie, j’avais repris le point de vue de mon parti et celui des militants associatifs qui se battent contre les ravages qu’occasionnerait l’exploitation de pétrole de schistes dans le Gâtinais comme ailleurs.