La solidarité sera-t-elle bien « assise » dans le Loiret ?

Alors que la dernière journée des Assises de la solidarité va se tenir ce jeudi 10 septembre, sur le thème de l’insertion cette fois, je reviens de façon plus globale sur le bilan que je tire des premières étapes, en juillet dernier, sur les thèmes des personnes âgées, de l’enfance et des personnes handicapées.

Après des années de système Doligé à la tête du Département, les Assises proposées par le nouveau président, Hugues Saury, renouvellent radicalement l’approche des partenaires extérieurs au Département qui lui sont si utiles pour remplir son rôle de service public social.

L’impression générale qui ressort des deux premières journées est positive. C’est le début seulement mais le rétablissement du dialogue entre administration et associations ne peut que me réjouir puisqu’il figure dans les programmes électoraux du groupe socialiste et écologiste depuis ma campagne électorale de 2008. Cette étape est indispensable au retour à une confiance réciproque entre le Département et ses partenaires.

Bien entendu, ce n’est pas encore « le changement, maintenant » comme disait l’autre. Il y a peu de chances que l’on cesse d’avoir des enfants laissés pour compte quand ils ne sont pas français ou bien de jeunes majeurs sans aucun suivi au sortir d’une enfance difficile (mais de cela, il sera encore question demain lors des assises de l’insertion).
Lire la suite

Communiqué : Assez de polémiques partisanes, les territoires, ce sont d’abord des femmes et des hommes

Confronté au projet de réforme territoriale, Eric Doligé utilise les moyens de la collectivité pour faire de la propagande auprès des cadres du Conseil général et vers le grand public. Lors de la prochaine session de l’assemblée départementale il compte faire adopter un texte d’une violence incroyable à l’égard des institutions démocratiques.

En fait, le Président et Sénateur du Loiret se présente en victime d’un gouvernement qu’il déteste alors que lui-même bricole des « innovations territoriales » à géométrie variable, sans concertation et au mépris des angoisses que cela peut créer parmi les agents départementaux.

Cependant, le Conseil général du Loiret, contraint à des choix budgétaires délicats, montre qu’il se soucie peu de ses administrés qui souffrent des restrictions brutales imposées à l’action sociale, l’insertion et l’emploi afin de préserver des dépenses facultatives en faveur de publics favorisés et d’infrastructures discutables.

Depuis longtemps, nous sommes prêts à voir disparaître la collectivité que nous administrons aujourd’hui en tant que conseillers généraux. C’est le sens des propositions réaffirmées ce week-end par notre parti Europe Écologie les Verts. Mais cela suppose que des solutions de proximité et plus efficaces soient trouvées pour assurer la solidarité envers les personnes handicapées, les familles ou les personnes âgées. Parce que l’essentiel, lorsque l’on parle de « territoires », c’est de répondre aux besoins de ceux qui y vivent.

Estelle Touzin et Thierry Soler
Conseillers généraux du Loiret.