Pour Rémi Fraisse

Un jeune homme aimait la nature.
Passionné, inoffensif, à 21 ans, il connaissait sans doute les plantes mieux que je ne les connaîtrai jamais.

Il a participé à un rassemblement pacifique sur le site d’un projet de barrage qui n’a aucun sens si ce n’est de maintenir à grand frais un modèle agricole qui nous ruine, nous nourrit très mal et nous prive de la biodiversité qui garantit un avenir à l’humanité.

Je suppose qu’il voulait seulement être là. Témoigner. Tenter de préserver un petit bout de terre de l’appât du gain d’une poignée de décideurs coupés des réalités.

Les pouvoirs publics ont répondu de la pire des façons. Avec des hommes en arme à qui on a dit de s’en servir. Rémi a été tué par une grenade provenant de ceux-là même qui doivent nous protéger. Sous un gouvernement qui se dit de gauche et qui ne manifeste guère de compassion.

Je réalise peu à peu et je suis triste.

J’ai participé ce soir à un rassemblement commémoratif à Orléans.
Nous n’étions pas assez nombreux mais l’émotion était palpable.

Il se trouve qu’il y a un second rassemblement dimanche, à 16h, place du Martroi.
On n’est pas très bien organisé face à un tel drame. Deux initiatives distinctes pour défendre la même cause. Celle des citoyens libres et non-violents face à une oligarchie de brutes.

Mais cette seconde fois me donne l’occasion d’écrire ce billet. Pour Rémi Fraisse. Pour que nous ne l’oublions pas. Pour que peut-être l’un ou l’une de mes lecteurs viennent se joindre à moi dimanche.
16h, place du Martroi.

Surprenants écolos

Les travaux de la session se poursuivaient vendredi avec l’examen des différents rapports occultés la veille par le grand débat sur la réforme territoriale. Celui-ci ne reprit qu’en toute fin de séance avec la discussion de 3 vœux élaborés par la majorité départementale et son président histoire de poursuivre sa petite bataille personnelle de sénateur d’opposition.

Comme prévu, pour moi, élu écologiste, plusieurs sujets à l’ordre du jour prenaient plus d’importance que les jérémiades à propos de frontières régionales ou départementales. Il s’agissait de l’agenda 21 d’une part et du schéma d’orientation pour les espaces naturels sensibles, notamment. Su ces deux thèmes et sur un autre sujet ayant trait à l’écologie, les propositions de la majorité départementale étaient loin d’être satisfaisante. Fallait-il néanmoins les soutenir pour valoriser le fait que l’on sorte d’années d’atermoiements sur ces problématiques majeures ? Ou bien s’opposer frontalement pour montrer que le compte n’y était pas ? Avec ma collègue Estelle Touzin nous avons choisi de nous abstenir afin de ne pas cautionner sans pour autant renier certaines annonces mirobolantes.

Les élus de droite feindront de s’en étonner comme Xavier Deschamps qui s’exclamera au final : « chaque fois que l’on parle d’environnement, les écologistes s’abstiennent ». Il faut dire que le conseil général du Loiret a vraiment une drôle de façon de se préoccuper de l’environnement. Bref, nous ne sommes pas de si « surprenants écologistes » si nous ne nous y retrouvons pas … contrairement à ce titre dans la presse.
Lire la suite