Le Gâtinais menacé par les gaz de schistes

Je vous appelle à aller d’urgence réagir sur le site du ministère de l’écologie qui a lancé une consultation à propos de demande de permis de recherche d’hydrocarbures dans le Loiret. Il s’agirait d’accorder à une multinationale l’autorisation de creuser des puits en vue de trouver du pétrole mais en fait certainement pour découvrir et exploiter des gaz de schistes.
Il y a quelques jours seulement, suite à une mobilisation exemplaire, le même type de demande a été rejeté dans le Lubéron. A cette occasion, Ségolène Royal avait déclaré que si une entreprise procède à des forages, « elle pourra nous dire : « Je n’ai pas trouvé les hydrocarbures traditionnels que je cherchais, mais j’ai foré jusqu’à la roche mère, où je pense que se trouve un peu de gaz de schiste. J’ai procédé à des investissements, ces forages m’ont coûté cher : laissez-moi maintenant provoquer des explosions pour récupérer du gaz de schiste ! » C’est précisément cela que je ne veux pas voir, non seulement dans le parc du Lubéron, mais partout ailleurs ! »
La députée Laurence Abeille lui a rappelé cette déclaration dans une question écrite à propos des demandes de permis de « Dicy » et de « Cezy » qui nous concernent directement dans l’Est du Loiret.
Il nous faut absolument réussir à obtenir que ce « partout ailleurs » de la Minisitre de l’écologie englobe bien le Gâtinais. Il faut aller dire que, pour la transition énergétique, nous préférons la polyculture et la méthanisation qui sont à l’oeuvre à Château-Renard plutôt que la prospection de ressources fossiles dont l’exploitation ne ferait qu’aggraver les risques climatiques.
Il y a urgence. Pour vous exprimer, je le rappelle, c’est là.
Je trouve d’autant plus déplorable d’avoir à se mobiliser ainsi que, il y a deux ans, ma collègue Estelle Touzin et moi-même avions proposé au Conseil général de se prononcer clairement à ce sujet au moyen d’un vœu officiel. Nous n’avions pas été suffisamment suivis, malheureusement, bien qu’Eric Doligé ait conclu en soulignant que « le vœu n’est pas adopté mais il est entendu ».

PS: Je vous invite également à consulter le texte d’un communiqué que j’ai rédigé hier pour EELV Orléanais.